Archéologie

Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que l’archéologie prit une tournure scientifique, grâce à l’Allemand Winckelmann. Les découvertes d’Herculanum et de Pompéi prouvèrent alors de manière éclatante qu’il subsistait des vestiges anciens enfouis et qu’il était possible de mettre a jour. L’expédition de Bonaparte en Egypte allait provoquer un véritable engouement pour l’art antique de ce pays. En 1822, Champollion déchiffre les hiéroglyphes, il augmente considérablement les possibilités d’investigation et ouvre la voie à l’étude de l’écriture cunéiforme des Assyriens et des Chaldéens (2000 av J-C ).

Plus tard, en Asie mineure, Schliemann se lance sur les traces des héros d’Homère et découvre en 1871 les vestiges de Troie, que l’on considérait, jusqu’alors comme une ville plus ou moins mythique. En Crète, des fouilles sont entreprises par sir Arthur John Evans pour mettre au jour le palais de Cnossos (IIe millénaire av J-C). Des fresques sont dégagées, l’une d’elles représente une femme dont la similitude de toilette avec les élégantes des années 1900 lui vaudra d’être appelée « la Parisienne ». Cependant, vers 1830, le Danois Thomsen avait découvert la succession des techniques préhistoriques qui donnaient le surnom aux âges de pierre, du bronze, du fer. Le Français Boucher de Perthes arrivait à des conclusions analogues, en dépit de l’incrédulité générale. Ils ouvraient la voie à l’archéologie préhistorique que les théories évolutionnistes de Darwin devaient stimuler. On chercha, en effet, à vérifier la possibilité d’une filiation entre l’homme et les grands anthropoïdes. Bien des travaux devaient en découler (abbé Breuil). De même, la recherche des sites décrits par la Bible et le désir de vérifier l’exactitude des faits qu’elle rapportait allaient conduire progressivement à l’étude des peuples du Moyen-orient dont les livres historiques faisaient mention, comme les Hittites. Enfin, la connaissance de pays nouveaux et de civilisations entièrement différentes de la nôtre a entraîné le développement d’études archéologiques sur l’Extrême-orient et l’Amérique précolombienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>