BCG

Vaccin de prévention contre la tuberculose, le B.C.G. (vaccin bilié de Calmette et Guérin) a soulevé des controverses passionnées. Le Dr Calmette, en 1921, à la prière du pédiatre Weil-Hallé, inocula pour la première fois à un nourrisson, né de parents tuberculeux, une dose minime de son bacille-vaccin, par trois fois, toutes les quarante-huit heures ; le résultat fut positif. Mais il fallut attendre 1946 pour que, alerté par la recrudescence de tuberculose due à la guerre, on pût entreprendre la vaccination de masse et diffuser mondialement cette méthode. Le bacille atténué, inoculé par scarification ou piqûre intradermique, parfois par voie buccale (nouveau-né), entraîne, par la formation d’anticorps, l’immunité (certifiée par une cuti-contrôle positive) contre les formes violentes de la maladie (méningite, granulie).

La loi de 1950, appliquée en fait trois ans plus tard, rend la vaccination obligatoire pour certains adultes et tout enfant en âge de scolarisation ou vivant en collectivité dans les crèches, les pouponnières et en nourrice. Le B.C.G. a été accueilli avec scepticisme en Amérique et en Grande-Bretagne ; mais, en 1963, après une recrudescence de tuberculose infantile à New York, il fut décrété obligatoire dans ces pays pour les enfants scolarisés de 12 à 13 ans. Les « accidents » dont font état ses adversaires se réduisent à fort peu de chose ; une légère poussée de température pendant quelques jours et, dans des cas encore plus rares, une petite réaction lymphatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>