Cabaret

Les capitales européennes, au premier chef Paris, ont fait du cabaret un lieu de réjouissances et d’attractions, où se produisent des artistes de variétés, danseurs et danseuses, chanteurs et chansonniers, parfois devenus spécialistes de la satire et de l’ironie.

Avant de devenir un lieu de spectacle, le cabaret fut fréquenté par les écrivains. Ainsi prétend-on que Rabelais écrivit Gargantua à la Pomme de pin, que Goethe écrivait des ballades sur une table de l’Auerbachs Keller et Racine, les Plaideurs au Mouton blanc. Mais ce n’est qu’au XIXe siècle que se développa à Paris le cabaret tel que nous le pratiquons. A côté des cafés littéraires comme la Mère Saget, où se rencontraient Hugo, Dumas, Nodier, apparurent les cafés chantants, plus populaires, où s’entendaient les refrains frondeurs de Béranger. Ensuite Montparnasse et Montmartre diffusèrent l’esprit « chansonnier ».

De plus en plus, les cabarets se divisèrent en deux groupes, ceux où l’on chante et danse, et ceux où l’on brocarde l’actualité. Parmi ces derniers, les plus fameux furent la Lune rousse, le Jockey, les Deux Anes, la Boîte à Fursy et surtout le Chat noir. Rodolphe Salis ouvrit ce dernier à Montmartre en 1881 ; il y vint une foule d’artistes et de poètes, des dessinateurs: Willette et Caran d’Ache, l’humoriste Alphonse Allais, le poète Raoul Ponchon, les écrivains Léon Bloy et Alfred Capus. C’est là que fut créé le théâtre d’ombres, repris vers 1946 par la Rose rouge. Au Moulin-Rouge, ouvert à Montmartre, est resté lié le souvenir de Toulouse-Lautrec. Créé à Paris à la fin du siècle dernier, largement pratiqué aux Etats-Unis où on l’appelle burlesque, et très en vogue en France depuis la guerre, le strip-tease consiste en des numéros de déshabillage, de qualité variable, souvent en musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>