Calendrier

Les Romains annonçaient solennellement le jour où la Lune entrait dans son premier quartier : c’était la première des calendes. Ainsi commençait le mois romain ; de là vient le nom de « calendrier ». Les Égyptiens savaient mesurer le temps et avaient un calendrier qui en indiquait les divisions en années, mois et jours. Le respect de la périodicité des fêtes religieuses a développé l’astronomie dès la plus haute Antiquité et provoqué l’apparition progressive de ces tables du temps (Jour Mois Années).

Le jour est la durée de la rotation de la Terre sur elle même. Le jour sidéral dure 23 h 56 mn 56 s. Plus long, mais non constant, le jour solaire est le temps écoulé entre deux passages du Soleil au méridien. La rotation de la Terre sur son orbite se faisant à une vitesse angulaire inégale, on parle de jour solaire moyen, égal au jour civil, mais compté de midi à midi.

Le mois, durée d’une révolution de la Lune autour de la Terre, a une valeur moyenne de 29 jours 12 h 44 mn.

L’année est le temps moyen mis par la Terre pour tourner autour du Soleil. L’année tropique, l’année sidérale et l’année anomalistique, trois façons de calculer la durée d’une année écoulée, n’ont entre elles qu’une différence maximale de 15 mn.

L’année-lumière est la distance que parcourt la lumière en un an, soit quelque 9461 milliards de km.

Notre calendrier et son histoire. En 46 av. J.-C., Jules César introduisit à Rome un calendrier solaire, qui prit son nom. L’année vraie comprenait 365 jours 1/4 et l’année civile 365 jours. La différence fut compensée par l’introduction d’un jour supplémentaire tous les quatre ans. Ce jour serait placé immédiatement avant le sixième des calendes (voir plus bas) de mars : d’où son nom de bis sextus dies ante calendas Martii, bissexte, l’année bissextile. Tels furent les principes du nouveau calendrier (réforme julienne) établi avec la participation de l’astronome grec Sosigène, calendrier où devaient bientôt figurer les noms de ses deux prestigieux « promoteurs », César et Auguste : de là, nos mois de juillet (Julius) et août (Augustus). L’année julienne devait rester en vigueur dans toute la chrétienté jusqu’à la Renaissance. Mais, excédant l’année solaire de 0,0078 j (11 mn 10 s), elle accusait un retard d’un jour tous les 128 ans environ. C’est pour corriger cette erreur que le pape Grégoire XIII décida en 1582 la réforme du calendrier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>