Calendrier Républicain

Calendrier républicain. « Trouvaille charmante », selon Hugo (dans Quatre vingt- Treize), due à Fabre d’Eglantine, le calendrier républicain n’épargna pas la guillotine à son inventeur, exécuté avec les dantonistes. Il fut adopté par la Convention le 24 octobre 1793. L’an I commença le 22 septembre 1792, date de la proclamation de la République et jour de l’équinoxe d’automne. L’année était divisée en 12 mois de trois décades chacun, et les cinq jours restants furent dits complémentaires et réservés à la célébration des fêtes républicaines.

Les jours de la décade étaient : primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi, décadi. Les complémentaires étaient les sans-culottides et le 6e jour des années bissextiles, jour de la Révolution. Le nom des mois voulait évoquer poétiquement les saisons : l’automne en -aire, l’hiver en -ôse, le printemps en -al, l’été en -idor : vendémiaire, brumaire et frimaire, nivôse, pluviôse et ventôse, germinal, floréal et prairial, messidor, thermidor et fructidor, évoquant successivement les vendanges, les brouillards, les frimas, la neige, la pluie, le vent, la germination, les fleurs, les prairies, la moisson, la chaleur et les fruits. Le calendrier républicain fut aboli. Le 1er janvier 1806.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>