Canton

Subdivision du territoire née de la loi du 22 décembre 1789, le canton tend à perdre son importance première. S’il peut grouper plusieurs communes (canton rural), une ville forme parfois à elle seule un ou plusieurs cantons. Le canton n’est pas une personne morale : il ne possède ni administrateur, ni assemblée, ni budget ; il ne peut donc ni acheter, ni vendre, ni ester en justice. Il revêt une importance comme base électorale : chaque canton élit un seul conseiller général (quelle que soit sa population), dont le rôle consiste à s’occuper des affaires du département : vote du budget, examen des questions d’assistance et de voirie départementales.

Le canton possède un chef-lieu et des fonctionnaires propres : un percepteur des contributions directes, un receveur des contributions indirectes, de l’enregistrement et du timbre, une gendarmerie, un chef de chantier des Ponts et Chaussées, un délégué cantonal chargé de la surveillance des écoles communales. Il est, en outre, le siège des conseils de révision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>