Cocarde

L’usage de ce noeud de rubans ne se généralisa qu’après la Révolution. Auparavant il servait de signe de ralliement dans certaines circonstances (batailles, insurrections) ou n’était qu’un insigne militaire. En juillet 1789, les Parisiens adoptèrent une cocarde bleue et rouge aux couleurs de leur ville. Sur la proposition de La Fayette, on y introduisit le blanc, couleur du roi, donnant naissance ainsi à la cocarde tricolore, qui devint depuis lors un insigne national.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>