Commando

Si le mot est d’origine portugaise, c’est en Afrique du Sud qu’il s’est appliqué pour la première fois, pendant la guerre des Boers, à des détachements chargés de conduire la guérilla sur les arrières de l’ennemi. Au cours de la Première Guerre mondiale, les coups de main, dont le but était surtout de faire des prisonniers, étaient confiés à de petits éléments spécialement entraînés, mais qui ne portaient pas le nom de commando. Ce terme a pris sa plus grande extension et son sens actuel pendant la Seconde Guerre mondiale pour désigner une troupe – peu importante – dont les hommes sont entraînés et équipés en vue de missions particulièrement périlleuses et délicates ; pour certaines actions, ils sont choisis en fonction d’aptitudes particulières : connaissance du pays ou de la langue. En 1943, fut constitué au sein de l’armée d’Afrique un groupe de commandos qui prit part à plusieurs débarquements en Méditerranée (île d’Elbe, Corse).

La Marine nationale française a basé à Lorient un groupe de fusiliers marins commandos. Deux des actions les plus spectaculaires accomplies par les commandos ont été la destruction des stocks d’eau lourde en Norvège par les Anglo-Norvégiens et l’enlèvement de Mussolini, tenu prisonnier par les Alliés dans les Abruzzes, et délivré par les parachutistes allemands de Skorzeny, le 12 septembre 1943.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>