Religion

L’origine latine du mot religion signifie « liaison » (entre la divinité et l’homme). Elle caractérise fondamentalement l’humanité : aucune civilisation n’est dépourvue de ce critère qui, selon les temps et les lieux, se manifeste diversement, mais toujours il s’agit d’une croyance en un principe transcendant la réalité expérimentale; c’est ainsi que dès la plus lointaine préhistoire apparaît, face à la mort, la croyance à l’existence ainsi qu’à la survie de l’âme.

La religion n’est donc pas une institution, au sens sociologique, ses racines étant l’intuition et la raison, son but, Dieu. L’animisme est propre aux peuples primitifs, il révèle en tout être ou chose une puissance cachée que la magie peut maîtriser.

Le polythéisme, son nom le dit, admet de nombreux dieux, doués d’une personnalité distincte et souvent d’aspect anthropomorphe. Les Égyptiens, les Grecs, les Romains, jadis… les Hindouistes, aujourd’hui, sont polythéistes.

A l’origine, bouddhisme et confucianisme sont des morales philosophiques; ils ne devinrent religions que plus tard, en se chargeant d’éléments hétérogènes.

Le monothéisme (croyance en un Dieu unique) fut révélé par le canal du peuple hébreux. Trois religions en découlent : judaïsme, christianisme, islam. Dire qu’elles sont « révélées » signifie, pour les croyants, que Dieu lui même les enseigna et inspira leurs livres saints : Bible judaïque, Nouveau Testament chrétien, Coran musulman. Premier peuple de la Bible, le peuple juif est le peuple élu de l’histoire religieuse du monde, mais il attend toujours le Messie, alors que les chrétiens le reconnaissent en Jésus, qui a parachevé la Révélation.

L’idée de religion suppose : – la foi en une Vérité surnaturelle, autour de l’âme humaine: – l’adoration de cette Vérité sacrée; – le culte par lequel s’exprime cette adoration : prière, sacrifice d’hommage et de réparation pour les péchés. Le plus souvent, le culte est célébré dans un sanctuaire et par un clergé ; – enfin, toute religion formule une loi morale (la plus connue étant le Décalogue, commandements que Dieu dicta à Moise le Sinaï).

La croyance en un Créateur qui aime sa créature, la détourne du Mal et l’appelle au bonheur éternel confère à l’homme une valeur unique, indépendante de son succès social et des tyrannies politiques qu’il subit. Chaque religion s’exprime par des institutions : les unes (coutumes, rites), variables comme les civilisations les autres (dogmes, sacrements), expressions directes de la Révélation, invariables sous peine de détruire la foi.

La liberté de religion est affirmée dans la Déclaration des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>